Un chasseur de tête sachant chasser est un bon chasseur.

Un chasseur de tête sachant chasser est un bon chasseur.

L’univers de la chasse de tête en immobilier semble avoir bien changé en quelques années. L’utilisation des outils modernes, comme les réseaux sociaux et les « méta moteurs », a effectivement un rien bouleversé la donne. Etre « connecté » et à l’affût des améliorations technologiques est évidemment une condition nécessaire pour être un bon chasseur de tête.
Le chasseur s’adapte. A pied, à cheval, à tir ou à courre, il sait utiliser toutes les techniques et technologies moderne et anciennes pour chasser ses têtes. Dague, arc, fusil ou carabine, le bon chasseur sait tout manier. Il garde cependant sa spécialité car il excelle dans sa propre technique.

Mais derrière ce marché « blanc », connu et visible de tous, il existe un marché « gris », c’est-à-dire presque invisible sur les réseaux traditionnels et que seuls les chasseurs expérimentés en approche directe peuvent adresser.

Les scénarios de chasse ne sont donc pas un art perdu, la modernité n’efface pas la tradition… Les précieux et malicieux secrets des chasseurs de tête d’antan sont toujours valables !
A l’aube d’une chasse, le bon chasseur emmène son chien faire le pied. C’est dans le froid matinal qu’il scrute, observe, renifle et déterminer la position du gibier. Chaque « valet de pied » rapporte au maître d’équipage ce qu’il a vu, entendu et les scénarios de chasse qu’il imagine. Le maître d’équipage, choisit alors parmi les animaux repérés, celui que l’on va suivre. On n’attaquera que le plus beau, le plus majestueux. Lorsque chiens, chevaux et cavaliers sont prêts, on annonce la stratégie de chasse. Les cavaliers, aussi appelés boutons, partent traquer la bête, c’est le départ. Durant de nombreuses heures on cherche les animaux. Les chiens et cavaliers isolent alors la plus belle tête et la suivent, la fatiguent, jusqu’à mise à mort, c’est l’hallali. On procède alors à la curée. Clou de la journée et moment emblématique de la chasse : les honneurs. Le maître d’équipage offre le pied droit de l’animal à l’invité d’honneur.

Le chasseur de tête en immobilier est un bon chasseur. Comme le bouton suit les grandes valeurs de la chasse : respect de l’animal, des chiens, des chevaux et appartenance à l’équipage ; le bon chasseur de tête porte les valeurs du recrutement. L’éthique de son métier avant tout, il est discret, respectueux de ses candidats, dévoué à son client. Rusé, malin, observateur, il a tous les talents pour approcher l’animal de tête !

« Comment attirer les recruteurs ? » : c’est forcément ce que se dit le directeur ambitieux, attentif à sa carrière et qui souhaite se positionner. Un bon conseil : ne pas renoncer aux approches traditionnelles. Mettez à jour votre annuaire d’Ecole, communiquez dans la presse, fréquentez les salons, et faites-vous coacher pour réussir vos entretiens.
Tout comme la horde de cerfs vient bramer dans les champs à la saison des amours, visible de la biche mais aussi du chasseur, le candidat potentiel met à jour son profil et se rend visible sur les réseaux sociaux en période d’approche. Il aura alors toutes les chances de se faire traquer par le chasseur de tête moderne et connecté. Si vous êtes à l’écoute, prenez le risque d’être traqué.

Le cabinet spécialisé vous recevra, une fois, deux fois, et gardera forcément en tête vos échanges.
Le bon chasseur se souvient de son gibier, ils connait chaque animal et sait différencier son cri ou son aboiement. Il connait son pied lorsqu’il le voit dans la terre. Le recruteur n’oublie pas un candidat. Il le suit et s’intéresse à l’évolution de son parcours. Préparez votre entretien, il peut être déterminant dans votre carrière. Un bon profil marque le chasseur de tête en immobilier, alors faites bonne impression. Laissez-lui un souvenir marquant.

La chasse, c’est une culture, un état d’esprit, une passion !
L’immobilier & l’investissement est une forêt en soi. La chasse y fait rage, que vous soyez ou non sur les réseaux sociaux, la chasse est ouverte !