La méthode, clef du succès

« Aux Actes Dirigeants ! » Dans cet ouvrage, Robin Rivaton, jeune essayiste de 31 ans, nous invite à découvrir un mode d’emploi de l’action politique. Dans un monde en perpétuelle évolution, il s’agit pour les politiciens de s’adapter et de mettre en place une méthode pour agir, des étapes qui paraissent évidentes mais qui manquent souvent de mise en œuvre et qui sont les conditions sine qua non au succès.

Robin Rivaton établit alors quatre étapes fondamentales. Tout d’abord, l’établissement d’un diagnostic commun et clair. Ce diagnostic variant souvent d’un politique à un autre, il est nécessaire de créer un commun accord, un consensus sur la situation actuelle.

Ensuite, il est nécessaire de constituer une « vision », une projection claire, cohérente et positive vers le futur, portée par un leader. L’individu doit alors se sentir concerné, enthousiasmé et porté par cette vision.

Une fois le diagnostic commun et la vision définis, Robin Rivaton invite les politiciens à mettre en place une stratégie et un programme pour apporter des solutions. Il est impératif que cette stratégie reste simple, concrète et réaliste.

Enfin, la dernière phase consiste en la mise en place du plan d’action, une étape essentielle et pour laquelle les politiciens français ont souvent le plus de lacunes. L’auteur encourage alors à mettre de l’ordre dans les idées, choisir les bons outils et fixer les objectifs, désigner les responsables adéquats pour les atteindre et établir un calendrier pour que l’exécution du plan d’action se déroule avec le moins d’encombre

.

Robin Rivaton, Aux Actes Dirigeants !, 2016

Ainsi la méthode proposée dans cet ouvrage n’a rien de révolutionnaire. Elle est à la fois utilisée par de nombreux gouvernements et applicable à l’échelle d’entreprises, de secteurs d’activités, ou même à l’échelle de l’individu lui-même.

Prenons l’exemple du recrutement en entreprise. Avec l’apparition d’internet et des réseaux sociaux, il s’agit d’un secteur en pleine mutation. On aurait alors tendance à penser que la recherche de profils intéressants pour les recruteurs est plus que jamais facilitée, et pourtant, nous traversons une période de pénurie de la main d’œuvre et surtout des talents, où les entreprises manquent de temps et de méthode pour y faire face.

Afin de gagner en efficacité mais surtout de donner du sens au recrutement, de bénéficier d’un conseil, d’un savoir-faire et d’une réelle expertise métier, de plus en plus d’entreprises externalisent leurs recrutements, en faisant appel notamment à des cabinets de Chasseurs de tête.

En étudiant leur démarche, on retrouve la même méthodologie du succès que celle exposée par Robin Rivaton dans son ouvrage.

D’abord, les Chasseurs de tête procèdent, avec l’entreprise, à l’étude de son environnement, un diagnostic de sa situation interne. Vient ensuite la définition du poste et du profil recherché, une étape qui permet de donner du sens à la recherche et ainsi trouver un candidat en adéquation avec la vision globale de l’entreprise.

Une fois ces étapes préliminaires assurées, les Chasseurs de tête mettent en place une stratégie et un plan d’action clair, précis et concret : identification et évaluation des candidats via différents outils prédéfinis, entretiens, tests, mise en situation puis enfin, lorsque le candidat a validé ces étapes, la phase finale du plan d’exécution, la présentation du candidat au client.

La réussite d’une entreprise repose avant tout sur son capital humain. Il est nécessaire de s’entourer des meilleurs talents, et ceux-ci sont rarement en recherche active d’emploi. Ainsi le recours à un cabinet de Chasseurs de tête mettant en pratique une méthode pertinente pour dénicher la perle rare permet aux entreprises de gagner du temps, d’éviter les erreurs dues à la précipitation et ainsi économiser les coûts importants qui en découlent. La clef du succès est alors à portée de main.